Catherine Parodi
Chiropracteur à Plaisir

FAQ

Quelle est la différence entre chiropraxie et ostéopathie ?

La chiropraxie et l'ostéopathie sont nées aux Etats-unis à la fin du 19è siècle. L'ostéopathie, telle que décrite par son fondateur A.T. Still, s'intéressait surtout à la bonne circulation des fluides du corps (sang, lymphe...), tandis que D.D. Palmer, le fondateur de la chiropraxie, avait observé les liens étroits entre la structure (principalement la colonne vertébrale) et la fonction (le système nerveux). C'est ainsi que la chiropraxie s'intéresse depuis plus de 100 ans à faire en sorte que le système nerveux fonctionne le mieux possible puisqu'il régit et coordonne tous les autres systèmes. Pour ce faire, les chiropracteurs agissent soit directement sur la structure (techniques dites structurelles, "mécaniques", ostéo-articulaires, musculaires), soit à l'aide de techniques réflexes, neuro-méningées, ou en "réorganisant" le système nerveux. Certaines techniques sont communes aux deux professions (essentiellement les techniques structurelles ou musculaires), d'autres diffèrent, que ce soit par l'analyse effectuée, ou par la gestuelle. Pour savoir ce qui vous convient, le mieux, c'est d'essayer !

Des différences existent également entre les 2 professions au niveau de l'enseignement et de la législation. A partir des années 1980-1990, les premiers ostéopathes, majoritairement issus d'écoles anglo-saxonnes, ont fait le choix de diffuser leurs techniques sous forme de séminaires accessibles aux médecins et aux kinés. C'est pourquoi le nombre d'ostéopathes a connu un boum exponentiel, et que l'on a commencé à voir des kiné-ostéopathes et des médecins-ostéopathes, en plus des ostéopathes sortis d'écoles d'ostéopathie (les D.O.). Ces professionnels, tout en étant expérimentés dans leur métier initial, ne pratiquent en général l'ostéopathie que de façon ponctuelle, la considérant comme un outil parmi d'autres de leur arsenal thérapeutique. Il existe enfin des médecins ayant suivi une spécialité en médecine manuelle à l'université de Bobigny. Voilà pourquoi il peut être difficile pour les non-initiés de s'y retrouver !

Chez les chiropracteurs, point de cela. La formation n'est accessible qu'à temps plein, soit environ 5000 heures de cours, et dans une seule école en France, située à Ivry-sur-Seine (94), avec une antenne à Toulouse. Cette école privée dispense une formation répartie sur 5 années post-bac, de niveau Master, et dont le contenu est similaire à celui de toutes les écoles de chiropraxie dans le monde, ce qui fait qu'un chiropracteur formé en Australie ou un chiropracteur formé en France auront globalement les mêmes acquis en termes de sciences de bases et de techniques chiropratiques. Dans certains pays (Québec, Danemark...), les études de chiropraxie se font à l'université. L'école française a, elle, créé des partenariats avec l'université de Paris-Saclay ainsi que plusieurs universités en Amérique du Nord. Le niveau de formation dans les écoles de chiropraxie est contrôlé de très près par l'ECCE, European council on Chiropractic Education. Pour plus de renseignements sur la formation en chiropraxie, rendez-vous sur : www.ifec.net

Qu'est-ce qu'une subluxation ?

Du latin Sub (moins) et luxation (déplacement avec perte de contact des deux surfaces osseuses d'une articulation). Une subluxation en termes médicaux est donc une perte de mobilité articulaire mais sans déplacement NI perte de contact. En chiropraxie, on y associe un dysfonctionnement neurologique périphérique de type irritation (par compression, étirement ou inflammation).

Qu'est-ce qu'un ajustement ?

AJUSTEMENT VERTEBRAL est le terme choisi par les chiropracteurs pour définir leur geste professionnel, celui grâce auquel ils appliquent une correction sur les subluxations (cf. définition) afin de redonner à une articulation vertébrale (ou autre par extension) sa juste mobilité et de soulager l'irritation nerveuse qui en découle. L'ajustement chiropratique se veut plus précis et plus spécifique qu'une manipulation, et l'acronyme HVLA (High velocity, low amplitude) qui est souvent utilisé dans les publications scientifiques en médecine manuelle souligne cette particularité : la vitesse est plus importante que la force, et les points de contact sur la vertèbre et sur la main du chiropracteur sont rigoureusement codifiés.

Y a-t-il une réaction à la suite d'un ajustement chiropratique ?

Au cours d'un traitement chiropratique, certaines réactions peuvent se produire. Le plus fréquente est une douleur diffuse ou une sensation d'articulations vertébrales ou de muscles endoloris (type courbatures). Ne vous inquiétez pas dans ce cas, car c'est une réaction naturelle des tissus à l'ajustement. C'est pour cela qu'il est recommandé de beaucoup boire après une séance de chiropraxie.

Chacun réagit différemment. Les réactions vont du bien-être total immédiat au malaise dont nous venons de parler. La plupart des réactions désagréables disparaissent généralement au bout de quelques jours et les effets bénéfiques dus à la disparition de l'irritation nerveuse et au rétablissement fonctionnel de la colonne vertébrale prédisposent votre organisme à réagir favorablement. L'élimination de l'irritation mécanique ou chimique (inflammation) sur les nerfs, le maintien d'un bon tonus musculaire et la suppression des déséquilibres fonctionnels de la colonne vertébrale sont essentiels à la santé. Si vous vous posez d'autres questions ou si vous vous inquiétez de réactions inhabituelles, n'hésitez pas à en parler à votre chiropracteur lors de votre prochaine visite ou téléphonez-lui.

Le chiropracteur va-t-il me faire "craquer", et, si oui, à quoi cela est-il dû ?

Certaines techniques chiropratiques consistent à mobiliser une articulation (dans le respect des limites physiologiques). Lors de cette mobilisation, un échange gazeux au niveau de la capsule articulaire peut se produire, provoquant un son (audible), sous forme de craquement. C'est le même phénomène que celui qui survient lorsque l'on fait craquer soi-même une articulation. Ce craquement est tout à fait inoffensif, même si le ressenti peut être très varié d'une personne à l'autre : certains adorent, d'autres ne supportent pas ! Dans tous les cas, sachez que votre chiropraticien ne vous fait pas craquer n'importe comment juste pour le plaisir. Suite à une analyse détaillée de l'articulation à mobiliser (radios, palpation), il va d'abord stabiliser la zone directement au-dessus ou au-dessous, puis prendre un contact précis sur une partie précise d'une vertèbre (ou autre partie du squelette) avec une partie précise de sa main, mettre en tensions en douceur (en s'aidant généralement de la respiration du patient), puis effectuer un petit mouvement très rapide (un thrust) en anglais) de façon à effectuer une mobilisation permettant de court-circuiter les spasmes musculaires adjacents et stimuler le système nerveux par le biais de la proprioception. Il s'agit d'un geste professionnel qui demande apprentissage et dextérité. En anglais, c'est la fameuse "HVLA" manipulation : High vélocity low amplitude.

Existe-t-il des contre-indications à la chiropraxie ?

Votre chiropracteur est formé à éliminer, par le biais de son anamnèse (questionnaire), de l'analyse de clichés radiologiques ou d'autres examens, de son analyse chiropratique (incluant la palpation), les éventuelles contre-indications à ses actes : fractures, tumeurs osseuses, infections osseuses, anomalies vasculaires. Il effectue un certain nombre de tests avant d'effectuer chaque geste thérapeutique. Au moindre doute, il vous réfèrera vers votre médecin traitant ou un spécialiste pour d'avantage d'investigations. Votre chiropracteur est un professionnel responsable et Il n'est pas d'avantage dans son intérêt que dans le vôtre de vous faire prendre le moindre risque pour votre santé.

La chiropraxie est-elle remboursée par la sécurité sociale ?

En France, la chiropraxie n'est pas prise en charge par la Sécurité sociale. Elle ne fait pas partie du parcours de soin vous obligeant à consulter en priorité votre médecin référant. de plus, les chiropracteurs étant des praticiens de premier contact, vous pouvez les consulter sans ordonnance préalable. Sur demande, ils vous délivreront une facture acquittée que vous pourrez envoyer à votre mutuelle. De très nombreuses mutuelles assurent une prise en charge au moins partielle des soins chiropratiques. (cf. liste sur www.chiropraxie.com, le site de l'AFC.

Combien de séances faut-il envisager pour que j'aille mieux ?

Il est très difficile de répondre à cette question avant de vous avoir reçu(e) en consultation. Néanmoins, pour un adulte ayant une bonne hygiène de vie et/ou un problème récent, il est bon de compter environ 3 séances relativement rapprochées, et si nécessaire 2 autres un peu plus espacées, puis un suivi régulier sur demande et en fonction du mode de vie et des différents facteurs de stress auquel vous êtes soumis. Pour un adulte avec un problème plus ancien et/ou des problèmes de santé associés, il faut souvent compter un peu plus de séances rapprochées, mais ceci n'est pas une règle absolue. Pour les enfants et les adolescents, une séance est souvent suffisante, parfois 2, quitte à effectuer une contrôle ultérieur. Les résultats dépendent souvent aussi de votre engagement à suivre les conseils, modifier votre ergonomie, effectuer les exercices prescrits, etc. La chiropraxie, c'est un travail d'équipe !

Qelle est la différence avec la kiné ?

Les masseurs- kinésithérapeutes D.E. sont des auxiliaires médicaux (ils travaillent sur prescription médicale), tandis que les chiropracteurs peuvent être consultés en  première intention et sont prescripteurs de leurs actes. Les MK s'occupent essentiellement de REEDUCATION (post traumatique, post-chirurgicale, périnéale, respiratoire, etc.), utilisant soit le massage thérapeutique (différent du massage de bien-être) ou la physiothérapie (ultra-sons, TENS, laser, cryothérapie, ondes de choc, etc), ainsi que de REHABILITATION (exercices très spécifiques servant à renforcer un groupe musculaire détérioré ou déficient). Leur approche est surtout locale et symptômatique. Les chiropracteurs, eux,  utilisent presque exclusivement leurs mains, ont une approche plus globale du corps humain et cherchent avant tout à améliorer la fonction, ce qui a pour effet de soulager les symptômes sur le long terme. Chiropraxie et kinésithérapie peuvent s'avérer complémentaires dans de nombreux cas. En revanche, il n'est pas toujours judicieux de suivre les 2 approches en même temps. Votre chiropracteur vous dira ce qu'il en est pour votre cas en particulier.

Doit-on se déshabiller pour une séance de chiropraxie ?

Lors de la 1ère visite, votre chiropracteur effectue une analyse de la posture (fil à plomb) et vous demandera, pour ce faire, de vous mettre en sous-vêtements (slip pour les hommes / slip et soutien-gorge pour les femmes). Ensuite, vous pourrez vous rhabiller si vous le souhaiter. Lors des visites suivantes, vous n'aurez pas besoin de vous déshabiller, sauf si vous le souhaitez. Si vous en avez la possibilité, il est vivement conseillé de venir avec des vêtements confortables qui n'entravent pas les mouvements.

Y a-t-il un risque à conslter un chiropracteur ?

Comme tout acte thérapeutique, la chiropraxie comporte des risques. Toutefois, comme expliqué plus haut, votre praticien est formé à éliminer les contre-indications à ses actes. Pendant de nombreuses années, la chiropraxie a subit les attaques acharnées du monde médical qui n'acceptait pas que des praticiens non-médecins aient un statut de praticien de premier contact pour des actes présumés dangereux. Les chiropracteurs ont réussi à  montrer grâce à de très nombreuses publications scientifiques que leurs actes n'étaient pas plus dangereux que n'importe quel acte médical. Tous ceux qui ont subi une intervention chirurgicale ont dû signer un consentement éclairé disant qu'ils acceptaient de se soumettre à un acte pouvant entraîner une fin tragique. Aujourd'hui, le consentement éclairé est devenu obligatoire pour tous, mais ce qu'il faut savoir, c'est que les assureurs, qui sont les véritables professionnels du risque, ne s'y sont pas trompés, et que la prime responsabilité civile des chiropracteurs est environ 100 fois inférieure à celle des médecins anesthésistes, chirurgiens et autres obstétriciens. C'est donc que la chiropraxie, lorsque pratiquée par des chiropracteurs dûment formés et diplômés, n'est finalement pas si dangereuse que ça !

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion